ELSA HAAS, ARTISAN CÉRAMISTE

 

Bienvenue dans le Cercle des Créatrices Inspirées où je vais à la rencontre de femmes solaires pour discuter créativité, confiance en soi et entrepreneuriat.

 

Margaux : Pendant le confinement, la poterie était mon moment d’évasion et de déconnexion. C’est à ce moment-là que l’idée de créer un objet d’art est née. J’ai ensuite rencontré Elsa Haas chez Clay Atelier où elle donnait des cours de tournage : j’étais une de ses élèves ! Elsa est douce, attentive, bienveillante & patiente - mais aussi déterminée, travailleuse et passionnée. Rapidement, j’ai compris que notre histoire d'amitié ne faisait que commencer. Dans cette interview, Elsa nous dévoile ce qui l'a amenée à quitter un chemin tout tracé pour se consacrer à sa passion, la céramique, et ce qui l'a convaincue à se lancer dans cette ambitieuse collaboration avec ŌKAN. J’espère qu’elle vous inspirera, vous aussi, à aller aux bouts de vos rêves et de vos ambitions !

 

Margaux : Peux-tu te présenter ?

Elsa : Je suis céramiste en reconversion professionnelle. Ça fait trois ans et demi que je fais ce métier à temps plein. J’ai fait une formation d’une année scolaire qui m'a vraiment appris les bases de la céramique tout savoir sur toutes les terres, le tournage, le modelage, mais aussi comment se créer un atelier. Et me voici aujourd'hui dans cet atelier.

 

 

Margaux : Comment en es-tu arrivée là ?

Elsa : J'ai toujours voulu faire quelque chose de mes mains. Mais je me disais qu'un métier manuel ce n'était pas un vrai métier, qu'on ne pouvait pas gagner sa vie comme ça. Je me suis plutôt dirigé vers des études d'histoire de l'art. J'ai évolué dans ce milieu pendant quelques années et puis j'ai fait un stage de tournage il y a une petite dizaine d'années et ça a été le coup de foudre. J’ai décidé d'en faire mon métier.

 

Elsa Haas dans son atelier de Montreuil

Margaux : Quels sont tes sources d'inspiration ?

Elsa : J’ai toujours été très attirée par la nature. Ma grand-mère m’a appris le nom des plantes, le nom des arbres. On a fait pas mal de jardinage ensemble. La nature est de ce fait une grande source d'inspiration. J’aime que la terre s’exprime toute seule et j'aime sa couleur. Sur les formes de mes pièces, je dirais que c'est plutôt l'architecture qui va m'inspirer.

Elsa Haas dans son atelier de Montreuil

Margaux : Pourquoi avoir choisi un métier créatif ?

Elsa : Quand on crée, on a une sorte de liberté : c'est très important pour moi. Je me sens pas enfermée dans un dans un cadre duquel je ne pourrais pas sortir. C'est moi qui fixe mon cadre. Il y a aussi ce sentiment de bien être quand je mets les mains dans la terre. Je sens que je suis à ma place. C'est ça qui me fait continuer.

 

Elsa Haas dans son atelier de Montreuil

Margaux : Tes proches t'ont soutenu dans ta reconversion ?

Elsa : Mon compagnon croyait vraiment en moi et il m'a aidé me lancer. Ça avait l'air tellement tellement évident, tellement facile pour lui, que ça l'est devenu pour moi. Il m'a convaincue que je pouvais le faire.

 

Elsa Haas dans son atelier de Montreuil

Margaux : Pourquoi avoir accepté la collaboration avec ŌKAN ?

Elsa : J’ai accepté ce projet parce que j'avais envie d'expérimenter, de faire quelque chose qui reste dans mon univers mais qui ne ressemble pas à ce que je fais. Je voyais bien que ça allait être compliqué à faire. Mais je me disais :"j’y vais, je saute et j'essaye. Margaux, j'adore son univers, j’adore ses bijoux. Je pense qu'une Collab toutes les deux, ça pourrait vraiment fonctionner." 

 

Elsa Haas & Margaux Gripon
Crédits photos : 

 

Jeanne Perrotte pour les photos et la prise de vue vidéo - montage ŌKAN STUDIO

Elsa porte la Bague 5 Anneaux, les Créoles et le Pendentif de l'Édition ITO.

Découvrez le vase ITO - en précommande jusqu'au 15 juillet.

nos iconiques